21 jours pour découvrir la sacrificature selon l’ordre de Melkisédek – Jour 15

by Eric Pechin

Jour #15 – La découverte de faces de Dieu – Partie 2

 

Opérer comme un homme

L’homme symbolise ce qui se trouve dans le cœur : les sentiments, les émotions. Il semblerait que c’est ce que nous connaissons le mieux, pourtant ce sont les attributs qui peuvent être nos pires ennemis.

La face de l’homme du visage de Dieu représente la vulnérabilité où ses sentiments et ses émotions sont dévoilés. Les sentiments et les émotions, permettent au Père de pouvoir toucher nos cœurs et en retour nous permettent également de toucher son cœur.

« L’Éternel, ton Dieu, est au milieu de toi, comme un héros qui prête main forte. Il éprouvera une vive joie à ton sujet ; dans son amour, il fera le silence sur tes fautes, se réjouira de toi avec transport. » (Cephania 3:17 – Sophonie )

J’aime vraiment penser que Dieu exprime ses émotions. Il est écrit que celui qui réside dans les cieux rit (Ps.2 :4) et Jésus pleura (Jn. 11:35) : ce sont justes des exemples car il y a bien d’autres passages qui nous parlent des diverses expressions du Père. L’aspect de l’homme nous relie au Père, nous construisons un lien relationnel avec lui. Il désire que nous soyons en mesure de le voir, de le toucher et de lui parler.

Cette face est également la représentation du sacrificateur, celui sui sert la présence de Dieu.

Rugir comme un lion

Le lion symbolise le roi, il manifeste l’autorité et la domination. Il établit des limites et il régit des territoires sur lesquelles il règne. Il est lié à l’Esprit de la crainte Dieu. Il est un protecteur, il légifère des décrets sur la terre.

De Sion, le lion de Juda rugit, il fait entendre sa voix pour établir sa domination sur les territoires de la terre et sur son peuple. Il rugit sur nos vies, il revendique le territoire de nos vies. Quand Dieu rugit, il nous parle en nous envoyons son souffle, il nous entraîne dans la guerre pour devenir féroce comme des chasseurs aguerris.

Au son du rugissement du lion de Juda, les puissances des ténèbres tremblent, nous sommes appelés à devenir des chasseurs de démons. Dieu nous a donné la capacité d’accomplir ces choses.

De la même manière qu’il nous protège au son de sa voix, de son rugissement, il veut voir ses enfants rugir de la même manière sur la terre afin de protéger ce qu’il nous a confié. Nous allons apprendre à rugir sur notre maison, puis sur une ville et puis sur une nation qu’il nous donne, puis au-dessus de la terre entière.

En fonction des circonstances qui se présentent dans nos vies, notre Père veut que nous sachions nous engager afin d’opérer avec la nature de chacune des faces de Dieu.

Il m’arrive dans des temps d’adoration de me retrouver dans l’esprit au-dessus des nations pour déclarer des décrets comme des rugissements. À ce moment, il est possible d’identifier des puissances territoriales sur la terre, et des stratégies nous sont données pour faire des gains de territoire. Quand nous collaborons avec les faces de Dieu, nous réalisons la puissance de notre Père dans les cieux et ce qu’il a placé dans nos vies, son royaume multidimensionnel et tout ce qu’il renferme. Toutefois je laisse un avertissement, nous devons connaître le mandat et le manteau d’autorité que Dieu nous donne pour opérer de la sorte.

Lorsque j’ai découvert ce que Dieu a placé en moi, c’est comme une boîte de trésors qui avait été cachée jusqu’alors dans mes entrailles et je ne le savais pas. Un peu comme Jacob quand il fut surpris de la manifestation de la présence angélique, il s’écrie alors : tu étais là et je ne le savais pas. C’est souvent ce qui se produit et nous devons alors garder à l’esprit, ce n’est pas parce que je ne l’ai pas expérimenté que ça n’existe pas ! Plus nous pénétrerons la présence de Dieu, plus nous expérimenterons ce qui est en lui et tout ce qui vit dans son royaume, plus ces dimensions se manifesteront en nous et au travers de nous.

Quand elle nous est révélée, la dimension des quatre faces de Dieu devient vitale dans cette saison. Plus vite nous amènerons les personnes dans cette réalité, plus rapidement cela contribuera à construire l’identité des personnes, et un peuple de héros se tiendra debout.

Nous ne comprendrons pas qui nous sommes par nos propres forces, mais en nous connectant à ce qui est le plus divin dans la nature surnaturelle du Père. Alors l’Épouse, pourra se tenir debout dans la tempête et sera capable de manifester les quatre aspects de la nature de Dieu.

Lorsque nous comprenons et engageons la nature de Dieu dans nos vies, cela détruit le joug de la religiosité, notre système de pensées et de croyance sera totalement bouleversé et transformé. Le processus de transformation, je l’ai vécu et je l’expérimente encore chaque jour, et c’est avec des transports de son amour que tout cela se produit. Quand les faces de Dieu se manifestent, certes c’est une grande autorité qui éclate mais tout est dans son amour. Car l’amour n’est pas une émotion, c’est la manifestation d’une promesse, d’une alliance, c’est également ce que Dieu manifeste au travers de ses faces.

Journal prophétique – 16 janvier 2019

À l’aube de cette journée je me trouvais dans un semi-sommeil quand j’ai entendu de consigner l’expérience que j’ai vécue dans cette nuit. Car il faut bien le dire ces dernières semaines étaient plutôt dans un mouvement au cœur de la bataille, tandis que durant cette veille j’ai fait une rencontre dans un temps de Selah et de repos. Plutôt habitué ces derniers mois à la dimension des cours de justice célestes que nous pratiquons, j’étais convoqué dans un autre endroit des demeures du Père.

Hier soir en me couchant j’ai appliqué un petit rituel que je pratique depuis plusieurs mois maintenant, je soumets mon esprit à l’Esprit de Dieu et lui donne l’instruction de ne pas se balader autre part que dans les demeures de Dieu. Depuis plusieurs jours je sens bien que mon esprit n’est pas là mais qu’il est ailleurs, caché en Dieu, comme protégé au creux du rocher des siècles. C’est en m’endormant que j’entends : Prends soin de ma présence.

Et j’ai fait une rencontre que je ne peux situer dans le temps de mon sommeil tant j’avais l’impression que ce face-à-face a duré toute la nuit. Des effluves de fragrance se répandaient à mes narines alors que je pénétrais la porte d’une demeure céleste que je ne connaissais pas, un accès protégé par deux chérubins sur le seuil où une grande lumière se laissait entrevoir. Il semble que ce soit une chambre dans les appartements du Père. Je me suis retrouvé devant un être de lumière rayonnant dans une gloire intense, et en m’approchant j’entends : « Regarde ! » et j’ai vu ces faces. Ce n’était pas juste un visage, mais la représentation des quatre dimensions décrites dans le livre d’Ézéchiel et j’ai rapidement compris que je me trouvais dans les faces de Melkisédek. Cette vérité céleste qui vit à ma conscience depuis plusieurs mois que je souhaitais plus que tout autre chose, est devenue en quelques instants une réalité dans une expérience vécue. Mon cœur s’accélère alors, comme s’il s’accordait à la résonance du cœur de cet être magnifique. Ces faces produisaient chacune un son différent qui se rejoignait dans une symphonie céleste où je pouvais entendre la voix des anges se joindre à ce concert. Les faces se présentaient devant moi dans un mouvement rapide mais d’une telle intensité. À chaque fois que le face-à-faces se produisait, c’était comme une impartition dans ma matrice spirituelle et je sentais mon sang bouillir, mon ADN était marqué de la gloire et de la réalité de sa présence.

Le mouvement des faces s’accélérait sans que je ne puisse plus les distinguer, elles devenaient une seule face sans distinction apparente, mais éclatante de lumière et une voix est sortie : « Marche dans mes faces, prépare le chemin. » Deux anges m’ont propulsé sur un trône, j’avais la sensation d’être assis et debout à la fois, et je répondis sans attendre : « Oui Melkisédek » Je venais de comprendre que je venais de recevoir une ordonnance du Grand Souverain Sacrificateur Melkisédek.

Il n’est pas aisé pour moi de consigner ce témoignage, c’est avec tremblement que je pose ces lignes, car je peux sentir le feu de sa présence à l’intérieur de ma matrice spirituelle et les sept Esprits brûlants, mais c’est l’Esprit de la crainte de Dieu que je ressens à cet instant.

Fraîchement sorti de cette expérience toute nouvelle et unique je voudrais déjà y retourner, car quand on goûte à ce niveau de présence, rien n’a plus d’importance. Je suis encore en feu et tremblant, je crois que c’est une saison pour les « brûlants », on ne choisit pas de l’être on le devient quand on rencontre sa Gloire, nous disparaissons, nous mourons pour revivre à la lumière de sa Gloire qui nous brûle. Je réalise que j’ai souvent partagé à propos du voile déchiré, de traverser dans sa présence, et ce matin j’ai l’impression que c’est la toute première fois que je suis monté. Voir le feu sur l’autel est une belle chose, monter sur l’autel du sacrifice et de sa gloire est une autre chose. Ce que je comprends de cette expérience que je partage, car la semaine dernière j’ai reçu ce commandement que je ne comprenais pas sur le moment : « Avertis mon peuple » Alors que nous servons la présence du Roi de gloire, Dieu se présente d’une manière nouvelle, il nous fait découvrir ses faces, pour que nous le connaissions intimement et que nous le découvrions à un autre niveau : dans les profondeurs de qui il est. Si nous montons plus haut dans sa présence, il va nous faire descendre dans les profondeurs de ses demeures.

Prière : Demeurer dans ta présence, Grand Souverain Sacrificateur, Melkisédek, vaut mieux que mille ailleurs, c’est ce que mon cœur désire plus que tout autre chose, je veux te chercher tant que je te trouve, je veux brûler en toi. Apprends-moi à opérer en marchant dans tes faces, dans tes dimensions, apprends-moi à me déplacer dans tes demeures. Merci de ce que tu me fais connaitre ce que je ne connais pas, merci pour la révélation des choses d’en haut. A toi soit toute gloire, Amen.

Il y a un cri, un son qui sort de lui aujourd’hui comme une urgence : « Faites-moi de la place, c’est pour l’amour de moi que je veux agir. » Il est le Grand Souverain Sacrificateur et son nom est Melkisédek, nous sommes les sacrificateurs qu’il a choisis pour servir sa présence, que les parfums montent maintenant. Dans la transition douloureuse que la France traverse à cette heure, nous n’avons plus de temps à perdre avec les choses d’en bas mais à la réalité des choses d’en haut. Les sacrificateurs de cette nation doivent voir à un autre niveau, dans une relation profonde d’intimité avec le Père et le rencontrer d’une nouvelle manière, Melkisédek se présente à la France, saurons-nous le reconnaître ? Des os desséchés sortiront une génération de guerriers-amoureux marqués de la substance d’un ADN céleste, au service de son trône et de sa présence.

0 comment
0

You may also like